Vite, le droit au logement pour tou-te-s à Saint-Maur des Fossés et dans le Val-de-Marne!

Dans le cadre de la campagne “Val-de-Marne en Commun”, les communistes val-de-marnais-e-s organisaient ce samedi 17 avril 2021 une déambulation dans les rues de Saint-Maur-des-Fossés pour porter leurs propositions afin d’obtenir un réel droit au logement pour tous mais aussi pour dénoncer les pratiques des mairies de droite qui empêchent les classes populaires, la jeunesse et les couches moyennes de continuer à résider dans nos villes ! Oui, il y a besoin de construire des logements sociaux, mais aussi et surtout d’acheter et de réhabiliter des logements et locaux vacants comme nous le défendions déjà aux dernières élections municipales, pour permettre aux “premiers de corvée” qui travaillent dans notre ville de pouvoir y vivre !

Suite au succès du rassemblement organisé à Saint-Maur-des-Fossés en présence de Christian Favier, président du Conseil Départemental, de Denis Oztorun, maire de Bonneuil, de Laurence Cohen, sénatrice du Val-de-Marne, et de nombreux autres élu-e-s et militant-e-s communistes de notre département, la droite locale et Monsieur le Maire Sylvain Berrios tentent ces jours-ci de se présenter comme les défenseurs des saint-maurien-ne-s contre les “communistes adeptes de la bétonisation”.

Outre le caractère manichéen de cette présentation et outre le fait qu’elle déforme les réelles revendications des communistes, les habitant-e-s de Saint-Maur ne seront pas dupes de cette supercherie.

En effet, il est facile de constater dans nos rues que la densification est belle et bien déjà à l’œuvre et jusqu’à preuve du contraire, ce ne sont pas les communistes qui sont en train de bétonner / densifier notre ville de Saint-Maur pour y construire des logements aux prix inaccessibles aux classes populaires et couches moyennes !

Actuellement, 23 opérations immobilières (représentant plus de 850 logements entre 7000 et 10 000 € le mètre carré) sont en cours, sans le moindre logement social… alors que les habitant-e-s de la ville se retrouvent à payer plus de 6 millions d’euros d’amende SRU et à voir leurs enfants contraints de quitter la ville pour se loger ! 

Puisque la droite tente de remettre en cause les chiffres annoncées, rétablissons les faits et détaillons un peu les opérations concernées : 

  1. L’écrin Varenne, 118 rue du Bac, 25 logements à 7 884€ /m²
  2. Le 60 avenue Didier, 17 logements, de 6 500 à 8 000 €/m²
  3. Villa Catherine, 30 logements, 5 avenue de Lattre de Tassigny, 8 500€/m²
  4. Villa Elisabeth, 25 logements, 71-73 boulevard de Créteil, de 6 900 € à 8 300 €/m²
  5. Les terrasses de Saint-Maur, 43 boulevard Rabelais, 63 logements, à partir de 8 630€ /m²
  6. Villa Marguerite, Avenue de l’Alma, 17 logements, de 6 000 à 7 000 m²/€
  7. Villa Charleston, 12 logements, 1 avenue Anatole France, 8 000 m²/€
  8. Le clos des Lys, 23 logements, 140 avenue Foch, 6 700 € à 7 733 €/m²
  9. Villa Saint-Hilaire, 20 logements, 5-7 avenue du château, 7 551 € à 8 700 €/m²
  10. Domaine Albert 1er, 9 logements, 28 avenue Albert 1er, 9 700€/m²
  11. Daylight, 4 logements, 27 rue Inkermann, 6 700€/m²
  12. Impressionnist, 84 logements, 81 rue du pont de Créteil
  13. Carré Foch, 22 logements, 2 avenue Carnot, de 9 000 à 9 500€/m²
  14. Le Domaine de Condé, 105 logements, 57 avenue de Condé
  15. Le vieux Saint-Marc, 50 logements, avenue de la Libération, de 8 134 €/m² à 9 875 €/m²
  16. Zoom Saint-Maur, 50 logements, de 7 198 €/m² à 7 674€/m²
  17. Imagine La Varenne, 121 avenue du bac, 18 logements, de 7 715 €/m² à 7 951 €/m²
  18. L’orée du parc, 124 avenue Foch, 29 logements, 6 400 €/m²
  19. Le clos Eden, 30 rue de la varenne, 51 logements, de 8 014 €/m² à 8 417 €/m²
  20. Le square Kennedy, 2 avenue du maréchal Lyautey, 103 logements, 8 700 €/m²
  21. Garden collection, 84-86 avenue Louis Blanc, 23 logements, 6 100€/m²
  22. Le Céline, 4 boulevard de Champigny, 10 logements, de 6 600€ /m² à 7 300€/m²
  23. Les terrasses de la Varenne, avenue Pierre Sémard, 65 logements, de 8 000€/m² à 8 500€/m²

Pour ces 23 opérations connues, le total de logement créé est de 855 logements en accession exclusivement. Voilà le vrai scandale à l’heure où il y a 96 400 demandeurs de logements sociaux dans le Val-de-Marne et où Saint-Maur est bien loin des 25% de logements sociaux imposés par la loi SRU (8,8% seulement dans notre ville) ! 

Un scandale bien décrit par Christian Favier sur la vidéo que nous avons mise en ligne sur notre page Facebook : Vidéo Christian Favier sur le logement social à Saint-Maur

Alors que les mairies de droite cherchent à créer des ghettos de riches, que la droite régionale a supprimé tout financement à la construction de logement social dans les villes populaires et que le gouvernement a réduit l’APL et tue à petit feu les bailleurs sociaux avec la loi Elan, le Département du Val-de-Marne présidé par Christian Favier agit concrètement pour le droit au logement. Avec son bailleur Valophis/Habitat, le département investit 21,5 M€ par an pour soutenir la construction de logements sociaux de qualité. Depuis 2014, 12 612 logements ont déjà été réhabilités.

Afin que nos enfants puissent vivre demain dans le Val-de-Marne, mobilisons-nous lors des prochaines élections départementales des 20 et 27 juin en soutenant les listes communistes et “Val-de-Marne en Commun” porteuses du combat pour le droit au logement pour toutes et tous, autour de 5 propositions clés : 

  • Soutenir les associations de locataires pour défendre leurs droits
  • Encourager les projets de locataires en faveur du vivre-ensemble
  • Faire appliquer la loi SRU dans toutes les communes du Val-de-Marne
  • Poursuivre la construction et la réhabilitation de logements sociaux accessibles
  • Faire du Val-de-Marne le Département pionner du bail réel solidaire, dispositif innovant allégeant le prix du foncier pour une acquisition

1 thought on “Vite, le droit au logement pour tou-te-s à Saint-Maur des Fossés et dans le Val-de-Marne!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *