Billet d’humeur du 1er août 2022 // Fête de l’Humanité 2022

Si nous pouvons nous féliciter que le rassemblement des forces de gauche autour du programme de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale a contribué à empêcher Emmanuel Macron de disposer d’une majorité à l’Assemblée Nationale, la persistance d’une abstention très élevée (53,8% au second tour des législatives), la progression inquiétante de l’extrême-droite (89 députés !) et la forte réserve de voix pour la Macronie que constituent les députés LR (62) nous annoncent un nouveau quinquennat de luttes sociales et de mobilisations populaires, pour parvenir à empêcher les néolibéraux de poursuivre leur entreprise de destruction du « modèle social français », des retraites, des services publics et des dispositifs de solidarité qui ont pourtant permis à notre pays de résister aux conséquences des vagues successives de Covid-19.

Dans ce contexte lourd de menaces, comme l’a dit Fabien Roussel au Conseil National, « notre responsabilité à faire grandir une alternative politique porteuse des changements radicaux indispensables aux progrès humains et à la protection de notre environnement, est plus forte que jamais ». Dans les mois qui viennent, nous devrons œuvrer à aider les exploités, « autant dans les villes que dans les villages de notre pays, [à] prendre conscience de leurs intérêts communs ».

Avec 12 députés communistes et 10 députés ultra-marins qui partagent nos valeurs, le groupe parlementaire de la Gauche Démocrate et Républicaine (GDR) sort renforcé de cette séquence électorale. La représentation des forces de gauche au sein de l’Assemblée Nationale progresse sensiblement par rapport à 2017 et la création d’un intergroupe permettra d’y faire vivre le programme partagé de la NUPES. La présence de la gauche, et en particulier du Parti Communiste, dans les médias est par ailleurs sans commune mesure avec ce qu’elle était lors du précédent quinquennat. Ce sont autant de points d’appui important pour la suite.

Mais cette satisfaction ne doit pas cacher le fait que la gauche réalise dans son ensemble son 2nd plus petit score de la Vème République. Si la NUPES a permis de répondre au désir d’union du peuple de gauche, elle n’est pas parvenue à suffisamment convaincre les électeurs.trices et les abstentionnistes de sa capacité à incarner une alternative désirable et à changer la vie. Ceci doit nous amener à monter d’un cran dans la bataille d’idées, en étant capables de parler à tous les Français.es, en faisant valoir notamment le caractère novateur et radical des propositions du PCF mais aussi en faisant appel à l’intervention populaire pour déjouer les projets régressifs des macronistes.

A ce titre, face à l’inflation galopante et aux pénuries organisées sur certains produits par les profiteurs de crise (sans lien réel avec le conflit russo-ukrainien), nous ne saurions nous satisfaire des avancées minimalistes accordées par le gouvernement Borne dans la loi relative aux « mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat ». Ce ne sont pas les quelques revalorisations salariales (inférieures à la hausse des prix) et les quelques primes concédées (dont le versement est laissé au bon vouloir des employeurs) par Macron qui permettront de répondre durablement à l’explosion de la pauvreté… surtout au moment où les banques viennent de remonter leur taux d’intérêt pour tenter de restaurer la rentabilité du capital. C’est pourquoi nous devons continuer de défendre et de populariser nos propositions pour le pouvoir d’achat : la hausse du SMIC et de la retraite à un minimum de 1500 € net (1923 € brut), la revalorisation de 10% du point d’indice des fonctionnaires, la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, une baisse de la TVA sur les carburants, l’organisation d’une conférence nationale sur les salaires…

Alors que la guerre en Ukraine dure depuis plus de 5 mois, alors que l’Union Européenne joue avec le feu en livrant des armes aux forces ukrainiennes et en multipliant les signes d’un élargissement potentiel de l’UE vers l’Est (Ukraine, Moldavie…), alors que l’OTAN ouvre grand les bras aux demandes d’adhésion accélérée de la Finlande et la Suède, le contexte européen est pour le moins orageux et dangereux. Personne ne peut en effet anticiper quelle sera la réaction de Poutine face à la sortie de la neutralité de plusieurs des pays de la zone d’influence russe…. Il est temps de sortir de la « logique des blocs » et de la concurrence des impérialismes. Plus que jamais, nous devons plaider pour un cessez-le-feu en Ukraine, contre la militarisation de l’UE et sa soumission à l’OTAN, pour la solidarité avec les ukrainien.ne.s et pour l’organisation d’une conférence pour la paix et la sécurité collective.

Outre les risques d’extension du conflit suscités, l’alignement de l’UE sur les positions états-uniennes se traduit, comme nous l’avions prévu, par une forte augmentation des prix des matières premières et de l’énergie qui pèse sur le quotidien des populations européennes. Mais le choix de l’UE de se passer à brève échéance du gaz et du pétrole russe se fait aussi au prix d’une allégeance et d’une dépendance renforcées vis-à-vis des USA, et d’un retour en grâce de dictateurs détenteurs de ressources énergétiques (à l’image des honneurs scandaleux réservés par Macron au boucher saoudien Ben Salmane ou au maréchal Al-Sissi). Ce choix se fera aussi au prix de conséquences écologiques désastreuses… Produire et transporter du GNL américain engendre en effet une empreinte carbone deux fois plus importante que produire et transporter du gaz conventionnel russe.

Pourtant, chacun.e peut malheureusement voir l’urgence d’un changement de cap pour que la planète reste habitable. Les épisodes caniculaires intenses que nous venons de traverser, les milliers d’hectares de forêt partis en fumée en France, sont une nouvelle preuve de la rapidité du changement climatique causé par la soif inextinguible de profit du capital, mais ils sont aussi une preuve de l’incurie d’un néolibéralisme qui en coupant les moyens aux services publics (Office National des Forêts, Sapeurs-pompiers…) nous expose chaque jour un peu plus aux risques naturels. Oui, il est urgent de nous libérer des dégâts sociaux, écologiques et climatiques du capitalisme. Comme le dit notre programme, « c’est le système lui-même qui n’est plus soutenable, ni écologiquement, ni socialement ».

Face à tous ces enjeux, la rentrée sociale sera à n’en pas douter agitée (une grève interprofessionnelle est déjà prévue le 29 septembre prochain) et nous aurons toute notre part à y prendre, en commençant par la Fête de l’Humanité du 9 au 11 septembre prochain, pour faire grandir l’envie de communisme mais aussi le rapport de force permettant d’arracher réellement et sans tarder des victoires populaires.

Achetez sans tarder vos bons de soutien donnant l’accès à la Fête de l’Humanité 2022 auprès des militant.e.s communistes au prix exceptionnel de 35 € pour les 3 jours au lieu de 50 € dans les circuits commerciaux habituels ! Cette année, la Fête se rapproche du Val-de-Marne et sera sur la Base 217 au Plessis-Pâté dans l’Essonne (91) les 9, 10 et 11 septembre prochains !

Soyons nombreuses et nombreux à nous y retrouver pour faire vivre nos idées, soutenir le journal l’Humanité et pour écouter une programmation musicale exceptionnelle pour retrouver Jacques Dutronc et Thomas Dutronc, Sexion D’Assaut, Camélia Jordana, Kungs, Gauvain Sers, CHRISTOPHE MAE, Benjamin Biolay, Ibeyi, Kimberose, Deluxe, L’Impératrice, Odezenne, Soviet Suprem, Les Wampas, Bagarre, Catastrophe ou encore Ladaniva !

Pour acheter vos bons de soutien donnant accès à la Fête de l’Humanité des 9, 10 et 11 septembre prochains, pour discuter politique avec les militant.es communistes saint-maurien.ne.s, contactez-nous sans tarder par mail à pcfsaintmaur@gmail.com ou via le formulaire de contact de notre blog et retrouvez-nous en septembre sur notre stand de la Fête (commun avec la section de Champigny) ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *